Ondes concertantes

Projet d’intégration des arts à l’architecture ; Carrefour giratoire de Joliette

2014. 700 X 3000 X 3000 cm. Chêne rouge, granit, mousse, système d’irrigation, bois de pruche, terre, fonte d’aluminium, béton, pommetier, genévrier, géranium à grosses racines, paillis, projecteurs LED RGB et contrôleur numérique.
Sur l'axe de l'autoroute 131 et du boulevard Dollard, s'implante un carrefour giratoire où la ville de Joliette a décidé d'intégrer une oeuvre d'art publique qui la signale et exprime la nature, le travail et la culture caractéristiques de son identité. Le concept d'Ondes concertantes répond à cette demande sous forme de concert silencieux. Au centre, sur un monumental socle de granit pousse un chêne. Ensemble, ils sont la vedette d'une performance en cours qui fait en même temps référence aux carrières locales. Devant elle, se dresse un tronc en béton moulé sur un arbre qui avait grandi dans la ville. Il agit comme témoin d'une industrie du bois et sert à la fois de podium à une sculpture en fonte d'aluminium. Celle-ci représente un chef d'orchestre occupé à diriger le concert des végétaux et les mouvements de la circulation. Un pommetier décoratif complėte le trio à titre de choriste et rythme les saisons de ses fleurs et de ses fruits auxquels s'ajoutent les couleurs d'éclairages changeants.
Autour de ces protagonistes, se développent les ondulations concentriques modulées dans une végétation basse de genévriers et de géraniums à grosses racines. Elles miment les circonvolutions de la rivière l'Assomption autour du centre-ville. Elles évoquent énergie et fraîcheur. Mais surtout, elles reproduisent visuellement les ondes sonores de la musique entendue dans les nombreux festivals. Cette installation évolue avec ses éléments naturels. Mais de plus, elle tient compte du mouvement de ses spectateurs engagés dans la circulation autour du rond-point. Elle leur présente les diverses facettes de la vitalité d'une ville inscrire dans son territoire, dans son histoire passée et présente, au fil de de ses activités économiques et culturelles.
Cette oeuvre s’apprécie en hivers comme en été, de nuit comme de jour. Son scénario d’éclairage cinétique évolue selon les saisons.
Cette installation progresse au gré de ses éléments naturels. Dans 30 ans, le spectacle sera transformé. Les racines du chêne remplaceront les murets de pruche et seront apparentes. Les arbres auront atteint la taille du tronc de béton et au nord, la mousse recouvrira le granit.