Roche, papier, ciseau

Projet d’intégration des arts à l’architecture ;  École Sant-Romain, Longueuil.

2018. 500 X 340 X 340 cm. Béton ductal, aluminium, acier galvanisé, réservoir d’eau, 2m3 de terre, éclairage et lilas japonais.

Mon té ré gie,

roche magmatique, métamorphique, plutonique,

d’Oka à Mont-Mégantic,

percevoir avec le Long-œil, le bel-œil,

percevoir la durée et le territoire,

une montagne se forme, une fleur se fane, un arbre s’installe,

une roche se froisse et se sculpte.

Une roche

une roche  émerge du sol entre les murs de la cour intérieure. Elle chevauche la strie qui, de biais, partage le pavement entre une partie rouge et une autre gris-beige. Elle s’impose par sa forte présence et révèle des forces géologiques. On la contourne et on l’habite pour y découvrir ses faces cachées. Elle est sculptée, comme le quartz. Ses facettes triangulaires réfléchissent différemment la lumière et varient ses tons. Ses arêtes obliques font référence aux lignes retrouvées sur le sol et les façades.

Sa faille

Une rupture franche traverse la roche et la partage en deux parties inégales suivant la longueur tandis qu’un petit isthme les relie au sommet. Les profils  de cette faille,  reflets l’un de l’autre, sont découpés dans l’aluminium peint en rouge.  Cette couleur associée à la chaleur  fait  le lien avec une butte qui constitue, elle aussi une protubérance dans la cour intérieure.

De métamorphique à métaphorique

Butte et roche, dans un tel contexte peuvent évoquer les Montérégiennes.  La première représenterait une poussée du magma encore en fusion comme cela s’est passé il y a 124 Ma. La seconde, sa  voisine, bien refroidie, présenterait les divers attributs de la roche plutonique ou  métamorphique tellement  dure que même le passage d’un gigantesque glacier ne serait pas parvenu à la raboter.  Tout au plus une dépression se serait creusée. Petit à petit, celle-ci  se serait remplie d’eau de pluie, de sédiments et aurait permis l’implantation d’un arbre.

Quant à la faille, cet autre accident géologique, il sera possible à l’écolier de s’y glisser ou de s’en servir pour pointer son regard vers un copain. Mais, à beaucoup plus grande échelle, c’est une ligne de visée pour déterminer un axe comme celui qui va, d’Oka jusqu’au mont Mégantic et suivant lequel les collines Montérégiennes s’éparpillent. C’est encore cette vue dégagée jusqu’au fleuve que signale le toponyme de Longueuil (Long- Œil).